Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 16:36

Un des plus passionnants historiens contemporains, vient de « biographer » l’un des théoriciens du roman moderne. La vie de Gustave Flaubert vaut tous ses romans, et l’ouvrage de M. Winock tente de nous restituer un personnage d’une étonnante complexité.

Certes, pour peu que l’on ait lu les romans du « Garçon », célibataire endurci, tour à tour St Antoine et suppôt des bordels français et étrangers, préférant parfois écrire l’amour que le faire, pour peu que l’on se soit quelque peu imprégné de son immense correspondance, et l’on savait que le bonhomme n’était pas facile à cerner.

A-t-il jamais prononcé vraiment « Emma Bovary, c’est moi. » ? On s’en balance. Ce qui est sûr, c’est que, comme pour tous les romanciers, leurs personnages sont toujours eux-mêmes, y compris lorsqu’ils sont ou paraissent être leurs antithèses. C’est ce que l’on pourrait lire dans son fameux « Dictionnaire des idées reçues », jamais fini, toujours à compléter,

Ainsi, ses deux « imbéciles » avides de comprendre, de s’enrichir l’esprit, de lutter contre leur médiocrité, Bouvard et Pécuchet, sont aussi Flaubert, encyclopédie à lui seul comme le sera ultérieurement Jorge Borgès, cette bibliothèque ambulatoire. Frédéric, de « l’Education Sentimentale », c’est encore lui. Même Matho, dans « Salammbo », c’est lui, en monstre de force virile, en bête avide de stupre plus que de coups.

Il demeurera à jamais le plus bourgeois des anti-bourgeois, parfait modèle de ces anarchistes dits de droite qui haïssent la société dont ils sont les premiers profiteurs, qui bouffent du partageux mais les préfèrent encore aux collabos, qui craignent la nouveauté et regrettent le passé en parfaits conservateurs d’un passé mythifié.

Paradoxalement, Flaubert a toujours défendu Victor Hugo qu’il était de bon ton de ridiculiser à cause de son style ampoulé, de son virage de cuti, passant d’un monarchisme modéré à un républicanisme sacré.

Flaubert ne postula jamais pour l’Académie, à juste raison compte tenu des compromissions indispensables auxquelles il faut se soumettre pour oser prétendre à l’immortalité. Cette « foutaise ».

Mais il était assez fier de sa Légion d’Honneur. Il fut bonapartiste sans tambour ni trompette, et assidu au salon de la princesse Mathilde, fiancée éphémère de Napoléon III et fille de Jérôme.

Son dégoût de la bêtise des rentiers, des poseurs, de la petite bourgeoisie mesquine et soumise aux gouvernements des forts, ne l’empêche nullement de se comporter en tonton bourgeois lorsqu’il s’agit de trouver un bon parti pour sa nièce qu’il trahit auprès de l’heureux élu en oubliant de lui dire que sa future femme ne veut point d’enfant.

Les seules fidélités qu’il cultive avec un entêtement de bœuf à la charrue, ce sont les amis, sa famille (excepté quand l’avenir pécuniaire est en jeu), et l’art.

L’art pour l’art. Le style ! A en mourir. Ah ! Il en a noircies des pages et des pages avant d’être satisfait d’un chapitre, d’un paragraphe, d’une phrase. Travail de titan, de moine, de fou du mot juste.

Or, si l’on gambade dans sa correspondance, dans ces pages écrites avec le cœur, dans ces conversations épistolaires à plume que veux-tu, il y a souvent du souffle, des bonheurs d’écriture, bien plus que dans certaines pages de l’Education Sentimentale, si sèches, si léchées qu’elles engendrent un peu l’ennui, cet ennemi inconditionnel du succès littéraire.

L’avantage de la biographie de Michel Winock, c’est qu’elle nous replace l’ermite de Croisset dans son contexte historique, en s’appuyant continuellement sur des citations tirées de sa correspondance ou des articles parus sur son œuvre.

Les embrouillaminis sartriens, ce pensum surfait, sont définitivement enfoncés, d’autant que « L’idiot de la famille », n’est pas celui qui nous est donné en pâture mais plutôt son auteur, toute révérence gardée.

Et puis, une fois que l’on a refermé les 467 pages jubilatoires, l’on n’a plus qu’à relire du Flaubert, ce qui nous change de la bouillie contemporaine, enfin, de celle qui enrichit les éditeurs, encombre les vitrines et les consoles des grandes surfaces et donne de l’évasion, du bovarysme aux déçu(e)s de la télévision.

Lorsqu’on porta G. Flaubert en terre, au cimetière monumental où il repose à jamais, peu de rouennais suivirent le cortège.

Il est vrai que la municipalité de l’époque avait quelques lettres écrites au vitriol en travers de la cravate pour n’avoir guère su honorer l’ami Louis Bouilhet. Depuis, elle s’est un peu rattrapée : le pont à géométrie variable porte le nom du grand homme (que n’aurait-il fulminé contre l’érection de ce monument orgueilleux, lui qui avait dénoncé la mise en place de la flèche de fonte de la cathédrale, comme « un phallus au milieu de la ville » ) et l’un des meilleurs lycées de la cité normande, les lycées Flaubert (général et professionnel) rivalisent avec le lycée Corneille que Gustave fréquenta. Une avenue conduit vers l’ancien Hôpital où les Flaubert, père et fils aîné exercèrent et où l’on peut visiter un musée consacré à la famille dans l’appartement où elle vécut.

On y rencontre un perroquet empaillé, tout comme dans le pavillon de Croisset, reste de la propriété familiale, sise devant la Seine et face à l’usine modèle de crémation des déchets de l’agglomération et des environs. Julian Barnes inspiré par ces deux empaillés nous a donné un fort amusant roman « Le perroquet de Flaubert » qui vaut son pesant d’or dur.

FLAUBERT de Michel Winock (Gallimard)
Partager cet article
Repost0

commentaires

Carlos 30/01/2020 20:44

Il y a de cela 2 ans j'étais un homme malheureux et malchanceux. J'avais divorcé avec ma femme il y a long temps pourtant je l'aimais. Et j'ai parlé de ça sur internet pour avoir des conseils. Parmi tous les conseils que j'ai reçu une femme qui m'a conseillé de contacter un homme honnete suivit de son mail pour lui expliquer mon cas. Au début je n'avais pas confiance parce que j'ai déjà contacter beaucoup qui m'ont pas satisfait et quand je l'ai contacté, je lui ai expliqué toute la situation de ma femme et moi. Vous savez quoi?

Cet homme m'a dit qu'il va me faire quelque chose pour que ma femme revienne. Et j'ai passé à quelques rituels.

Et bizarrement dans les sept jours à suivre ma femme est revenu en me suppliant de remarier avec elle, c'est un miracle pour moi en plus de ça j'avais des soucis au travail avec mon directeur tout ces problèmes sont finis et je suis en paix au travail et dans mon foyer. C'est le premier miracle que j'ai vu dans ma vie.

(pour tous vos petits problèmes de rupture amoureuse ou de divorce-maladie-la chance-les problèmes liés a votre personnes d'une manière-les maux de ventre-problème d'enfants-problème de blocage-attirance clientèle-problème du travail,porte monnaie magique,multiplication d'argent ou tant d'autres). Ce maitre est très fort avec lui ma femme est revenue et j'ai eu la satisfaction en 7 jours il est très fort surtout les problèmes de retour affectif.

C'est une personne sérieuse et honnête qui offre son talent a des personnes honnêtes qui sont dans le besoin d'appui spirituel pour avoir satisfaction a tous les problèmes de leur vie actuelle, soit pour s'assurer d'un lendemain meilleur avec leur famille.
je me permets de vous laisser son contacte : voici son numéro de WhatsApp et appelle
00229 91919752) voici son: email
maitremagni@gmail.com

Présentation

  • : Le blog de maxangel.over-blog.com
  • : Un peu de tout. Photos, voyages, réflexions, commentaires, articles.
  • Contact

Profil

  • Max Angel
  • Professeur honoraire  et ancien maire adjoint. Centres d'intérêts : philosophie, histoire, politique, voyages, amitié.
  • Professeur honoraire et ancien maire adjoint. Centres d'intérêts : philosophie, histoire, politique, voyages, amitié.

Recherche

Pages

Liens